Quelles langues sont les plus difficiles à traduire ?


Langues / lundi, avril 19th, 2021

Dans l’exercice d’une profession de traducteur ou d’interprète, vous pouvez vous retrouver dans l’incapacité de traduire certains mots et expressions d’une langue donnée. Cela n’est toujours pas dû à une incompétence ou à une lacune, mais à une complexité de la langue dont il s’agit. Voici plusieurs de ces langues dont la traduction est difficile.

La langue chinoise

La langue chinoise est considérée comme la plus difficile, qu’il s’agisse de la lecture, de l’écriture ou de la traduction. Le chinois mandarin est un défi pour un certain nombre de raisons. Si vous êtes trop attaché à l’alphabet latin, vous rencontrerez d’énormes difficultés avec le mandarin. Il faut également mémoriser des milliers de caractères spéciaux. La prononciation joue également un rôle décisif. Il existe plusieurs dialectes chinois qui ont des caractères écrits et des prononciations différents, et qui sont également très difficiles à apprendre et à traduire.

La langue japonaise

La langue japonaise est difficile à cause de son système d’écriture basé sur des milliers de caractères. Elle possède 3 systèmes d’écriture indépendants qui utilisent chacun un alphabet différent. La complexité de l’écriture et de la lecture est compensée par l’absence de genre masculin, féminin et d’article.

Quelles langues sont les plus difficiles à traduire ?

L’arabe

Vous n’avez pas à vous étonner du fait que l’arabe fasse partie des langues difficiles à traduire. Nous retrouvons une multitude de variétés de langue arabe. Il faut donc impérativement déterminer le dialecte à traduire.

L’arabe est une autre langue dont l’alphabet n’est pas latin. Vous pouvez retrouver des mots sans voyelle, et vous aurez de difficultés à lire ou écrire cette langue. Il existe également des caractéristiques de l’arabe parlé qui le rendent difficile à traduire. Certains sons émis n’existent pas dans d’autres langues ou ne sont tout simplement pas familiers, notamment les sons émis dans le fond de la gorge. La grammaire est également difficile : les verbes ont tendance à précéder le sujet, et vous devez apprendre une double forme des mots en plus des formes singulières et plurielles.

Le finnois

Cette langue pousse la complexité de la grammaire à son paroxysme. Le finnois a la réputation d’être la langue la plus difficile sur le plan grammatical, et ce, pour de très bonnes raisons.  

La langue appartient à la famille des langues finno-ougriennes, elle n’a donc pas d’influence latine pour nous aider à traduire les mots. Que vous soyez francophone ou anglophone, elle fait partie des plus difficiles. Ce qui rend les choses un peu faciles, c’est qu’elle est écrite comme elle se prononce. En théorie, la prononciation est donc assez simple, mais vous pouvez facilement rester bloqué sur les voyelles et les consonnes.

La langue islandaise

L’islandais est loin d’être la langue la plus difficile. Cependant, elle est extrêmement compliquée. Parlée par moins de 400 000 personnes, la langue islandaise est difficile à apprendre et à traduire.

Elle est restée largement inchangée, et plutôt que d’adopter des mots étrangers pour de nouveaux concepts, les Islandais préfèrent inventer de nouveaux mots ou associer des mots anciens à de nouvelles significations.